BIEN-ETRE 0 Commentaire

Bénin: le PLP demande la suspension de l’utilisation du Glyphosate

La rédaction
publié le Aug 16, 2018

Dans un communiqué parvenu à Banouto, le Parti pour la libération du peuple (PLP) de Léonce Houngbadji, a appelé le gouvernement à suspendre l’utilisation au Bénin des produits de la firme Monsanto dont le Glyphosate, produit « cancérigène probable ». Communiqué.

leonce-houngbadji Léonce Houngbadji, président du PLP

COMMUNIQUE DE PRESSE

Plusieurs études sérieuses et étayées, dès 2015, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC-OMS) ont classé le glyphosate comme substance cancérogène sûre. Il y a donc urgence. Le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) considère à l'heure où de multiples articles et études crédibles, en Europe, sur le continent américain, et même au Bénin avec les nombreuses dénonciations du président Bertin Coovi et consorts, révèlent l'empoisonnement de nos aliments ou de nos agriculteurs, qu'il faut suspendre dès aujourd'hui le glyphosate et s'opposer à l’importation des produits du Monsanto sur le sol national.

Le PLP demande la suspension de l’utilisation des produits du géant de la biochimie Monsanto au Bénin et ce, le plus rapidement possible, et une enquête impartiale sur leurs impacts sur l'agriculture béninoise et la santé des citoyens. Le glyphosate est une arme de destruction massive. Il faut arrêter de l’importer dans notre pays. Ça tue. La suspension tout de suite et maintenant de l'usage des pesticides de la mort sera un pas important vers la modernisation agricole.

Le gouvernement doit aider les agriculteurs à s'équiper d'outils alternatifs pour trouver enfin une alternative à l'utilisation du glyphosate. Ailleurs, de nombreux agriculteurs se passent déjà de l'herbicide en question, en le remplaçant par la rotation des cultures, un choix d'espèces adaptées, des faux semis ou encore des couverts végétaux adaptés.

Le PLP affirme qu’une agriculture sans glyphosate fait déjà ses preuves en Argentine et dans beaucoup d’autres pays. Les modèles ne manquent pas et sont plus innovants que le système en cours au Bénin. L’Etat doit mettre fin à l’utilisation de ce produit dangereux pour amorcer une véritable transition vers une agriculture paysanne pouvant garantir la santé des citoyens.

Le PLP plaide pour la mise en place d’une commission d’enquête indépendante sur l’utilisation des produits de Monsanto au Bénin. L'objectif est de faire un état des usages au Bénin, évaluer les risques et les enjeux, et rechercher les solutions alternatives qui pourraient être proposées à la filière agricole. La mise en place rapide d’une telle commission ne doit pas empêcher la suspension voire l’interdiction immédiate des produits de Monsanto au Bénin.

Le PLP appelle à l’implication du monde agricole, les agriculteurs en général et les cotonculteurs en particulier, sans oublier les experts du domaine, pour la transition vers une agriculture sans glyphosate. L’arrêt du glyphosate au Bénin sera un nouveau départ pour l’agriculture de conservation ! Pesticides pulvérisés, enfants et agriculteurs exposés, la santé des Béninois menacée.

Assez ! STOP GLYPHOSATE.

 Le Président,

Léonce HOUNGBADJI