Bénin : graves irrégularités dans la gestion financière au Conseil national des chargeurs

Ozias Hounguè
publié le Sep 19, 2019

L’audit des états financiers au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018 du Conseil national des chargeurs du Bénin (CNCB) a révélé des actes de mauvaises gestions, selon La Nation.

La gestion du Conseil national des chargeurs du Bénin (CNCB) en cause après un audit des états financiers au titre de l’exercice clos le 31 décembre 2018. Selon La Nation, plusieurs actes de mauvaise gestion dont un défaut de prélèvement de la Taxe à valeur ajoutée (TVA) chez ses prestataires étrangers comme le recommandent les dispositions fiscales en vigueur, un décaissement occulte de fonds, dépenses non éligibles sont notés dans le rapport des commissaires au compte.

Selon le rapport, l’exercice 2018 du CNCB présente des irrégularités comme l’octroi de dotation en carburant au ministre des Infrastructures et des Transports et à sa secrétaire évaluée à 3,47 millions F CFA en 2018, et l’octroi des primes non éligibles à 159 de ses employés (à peine 2 % des concernés ont remboursé une partie des sous indument perçus) pour un montant de 206,5 millions F Cfa. « Le mandataire Bureau international maritime (BIM), déduit près de 6,5 millions F Cfa par mois, de la rémunération à partager avec le CNCB. Cette somme représenterait, selon l’argument servi aux auditeurs, les frais de la plateforme au profit de BIM. Alors que la rémunération en question n’est pas prévue dans le contrat de prestation. Elle n’a donc pas de base juridique », précise le quotidien de service public.

Des anomalies telles que la découverte de plusieurs soldes créditeurs et autres débiteurs vieux de plusieurs années évalués à près d’un milliard sont signalés dans le rapport. Selon le rapport des commissaires aux comptes, le CNCB estime que certains de ses clients débiteurs « contestent les factures » qui leur ont été adressées et évaluées à 963 302 465 F Cfa. Le rapport informe également que plusieurs employés du CNCB ont bénéficié de matériels et mobiliers de bureau. « Mais la liste des bénéficiaires et les preuves des affectations desdits matériels et mobiliers ne sont pas disponibles », informe-t-on.  Les matériels achetés, précise La Nation, n’ont pas été comptabilisés ni amortis depuis le 5 novembre 2015 et le fournisseur n’a été payé que le 9 novembre 2018 après plusieurs relances.

Constatant toutes ces anomalies, les commissaires aux comptes ont donc émis un avis défavorable sur la gestion du CNCB. Ils signalent que les états financiers annuels et le patrimoine du CNCB ne reflètent pas « une image fidèle du résultat des opérations » de l’exercice clos le 31 décembre 2018.